Visiter La Havane – les visites essentielles

Top 12 des visites ou activités incontournables à faire à la Havane, quartier par quartier :

Quartier Miramar, Vedado,  Nuevo Vedado

Une fabrique de cigares : informations sur le tabac à Cuba, ses zones de cultures, caractéristiques, etc. Des centaines d’ouvriers s’affairent dans cet univers surréaliste. Des milliers de cigares en sortent chaque jour. Ici, on prépare la cape du cigare avec les feuilles de tabac. Un peu plus loin, on procède à l’écôtage des feuilles. Là, on les humidifie.  Puis c’est  l’espace des rouleurs. Atmosphère moite et survoltée dans un décor de polar latino : ventilos au plafond, photos du « Commandante » et slogans révolutionnaires aux murs. Enfin, voici l’estrade du célèbre lecteur de la fabrique, missionné pour informer, divertir et cultiver les rouleurs au travail. – Fermée le samedi et le dimanche, les jours fériés et en fin d’année (généralement du 15-20 Décembre au 20 Janvier), ainsi qu’une partie du mois de Juillet et du mois d’Août (pour les congés d’été, généralement entre le 14 Juillet et le 15 Août…). Les fabriques de cigares ferment vers 12h00 chaque jour, il est donc impératif de visiter la fabrique en matinée.

Une balade en « Vieille Américaine des années 50 », (2 à 4 personnes par véhicule). Vous découvrirez le charme unique et ludique d’une balade dans ces véhicules et serez « plongés » dans l’âme de Cuba… A partir de 32€ sur zoom.guide

Une pause dans les jardins du mythique hôtel Nacional de Cuba, où vous pourrez déguster un cocktail. A l’arrivée, vous serez fascinés par les galeries de son jardin qui rappellent celles des monastères hispano-mauresques médiévaux. Son architecture éclectique est un savant et savoureux mélange d’art déco, de néo-colonialiste, et de néo-classique, le tout saupoudré d’arabo-ibérique (mais après tout, Cuba n’est-elle pas l’île de la Salsa)… Nat King Cole, Winston Churchill, Tyrone Power, Errol Flynn, Marlon Brando, Ernest Hemingway, Frank Sinatra, Ava Gardner… voici quelques unes des grandes personnalités qui séjournèrent à « l’Hôtel Nacional de Cuba ». C’était avant Castro, et la nationalisation de l’établissement, quand La Havane était la banlieue de Las Vegas, et que la mafia avait trouvé en ce lieu le moyen de contourner la prohibition et blanchir son argent sale.

La Vieille Havane

la Plaza de la Catedral – C’est l’une des plus belles places de la ville, la plus célèbre en tout cas. La plus harmonieuse aussi. Elle est considérée comme l’ensemble architectural colonial le mieux conservé d’Amérique latine. Le pavage est ordonné de façon à former une croix au centre. Contrairement aux plus célèbres places d’Europe, celle-ci a été conçue à une échelle modeste, humaine. Des musiciens se produisent au café à gauche de la cathédrale. Une plaque rappelle la visite du pape Jean-Paul II à La Havane, en janvier 1998. Les premiers documents, à la fin du XVIe siècle mentionnent la place sous le nom de Plaza de la Ciénaga (place des Marais), en raison des eaux qui, à la saison des pluies, la transformaient en étang. En 1592, une citerne d’eau douce y est construite pour le ravitaillement des navires, dans le callejón del Chorro (ruelle du Jet d’eau). Le marais est asséché au XVIIe siècle et, dès le début du XVIIIe siècle : commence la construction de certains des bâtiments qu’on y voit aujourd’hui. À la fin du XVIIIe siècle, l’ancienne église des jésuites est consacrée cathédrale, et la place prend son nom actuel.

Vieille-Havane-visite-©REV

la Plaza Vieja – Aménagée en 1559 après la Plaza de Armas, destinée à l’époque aux militaires, elle s’impose rapidement comme le cœur de la ville. Première tentative de planification urbaine dans l’histoire de l’Amérique post-colombienne, son tracé innove par rapport à l’organisation urbaine espagnole avec l’intégration des demeures privées. Aujourd’hui, totalement rénovée, elle arbore ses couleurs pastels et demeure l’un des lieux les plus appréciés par les visiteurs…

Visite de La Havane – 1 journée, à partir de 86€ par personne sur zoom.guide

Une balade en « Calèche » dans les rues de la Vieille Ville.

• Une balade en « Coco Taxi », (2 à 3 personnes par véhicule). Sorte de cyclomoteur en forme de noix de Coco de couleur jaune) – Unique à Cuba…

• La Fundacion Havana Club ou Musée du Rhum (fermé les jours fériés) : installée dans une maison coloniale du XVIII° siècle au cœur de la Vieille Havane, elle est d’abord un musée qui retrace l’histoire du rhum à Cuba, expose ses différents procédés d’élaboration et promène le visiteur à l’intérieur d’une rhumerie ancienne. C’est aussi un lieu de détente et de culture. On y trouve, côte à côte, une boutique, un bar ouvert jour et nuit, où se produisent les meilleurs musiciens de l’île, une salle de conférences et une galerie d’art, qui permet au cours de l’année la promotion des artistes locaux. Dégustation en fin de visite.

Autour du Capitole et du Parque Central

Le Capitole. Construit pour être le siège de la Chambre des Représentants et du Sénat, Le Capitole (el Capitolio Nacional), représente le travail de plus de 2000 ouvriers, artisans et maîtres d’œuvres. Ce monument est totalement recouvert de marbre et est d’un point de vue architectural l’un des plus riches édifices de la Havane. La coupole mesure 94 mètres de hauteur. Après plus de 10 ans de fermeture pour rénovation, il vient d’ouvrir à nouveau au public depuis début Mai 2018 ! On peut y admirer une statue colossale représentant la République : c’est la troisième plus grande du monde après le Bouddha d’Or au Japon et la Statue de Lincoln aux USA. Vous verrez : la crypte du soldat inconnu avec la flamme éternelle, la chambre des représentants, le bureau du Président de l’Assemblée Nationale, le bureau des secrétaires, le musée de la vaisselle – la Chambre du Sénat est toujours en rénovation. Possibles le Mardi, Jeudi, Vendredi, Samedi : 3 visites le matin et 3 visites l’après-midi / Mercredi et Dimanche : 3 visites uniquement le matin.

Le Musée de la Révolution : situé dans l’ancien Palais présidentiel, il expose un échantillon d’objets de grande signification historique de la guerre révolutionnaire et des titres de libération nationale. Le musée de la Révolution offre sur trois niveaux, une vision complète et chronologique de l’histoire des luttes des Cubains pour leur indépendance. Vous passerez des rébellions aborigènes contre les conquistadores aux guerres d’indépendance du XIXe siècle contre l’esclavage du pouvoir colonial espagnol. Le XXe siècle n’est pas en reste avec la mise en relief des revendications sociales et politiques naissantes, naturellement. Attardez-vous sur l’histoire passionnante du mouvement ouvrier dans les années 1920 et 1930 et l’émergence du processus révolutionnaire. Ne manquez pas les sections consacrées à la guérilla, notamment les deux sculptures, grandeur nature, de Camilo Cienfuegos et Che Guevara dans la Sierra Maestra. La dernière partie du musée est consacrée à la consolidation des acquis de la révolution de 1959 et s’achève par la période la plus récente.  Prévoyez un supplément de 5 CUC à ce jour pour prendre des photos, à régler sur place.

De l’autre côté de la Baie de La Havane et à l’extérieur de la ville :

la Forteresse San Carlos de la Cabaña (visite à partir de 10h00)

Le nom de San Carlos de la Cabaña lui a été donné en l’honneur du roi Charles III d’Espagne qui ordonne sa construction sur la colline dite de la Cabaña, après avoir échangé aux Anglais la Floride contre Cuba (Traité de Versailles). La forteresse mesure 700 m de long et occupe 10 hectares. On dit que le roi en a été ému… « Donnez-moi une longue-vue, aurait-il un jour ordonné, que je puisse apprécier depuis Madrid cet ouvrage grandiose ». La Cabaña est un immense balcon construit à flanc de colline d’où l’on voit, d’un côté la ville et le canal de la baie, et de l’autre la mer. En 1859, 120 canons, des obus de bronze et une garnison de 1 300 hommes, qui pouvait être renforcée jusqu’à 6 000, assuraient une défense très dissuasive puisque jamais elle ne sera attaquée. À défaut de hauts faits d’armes, il lui incombe donc d’assumer les basses œuvres : elle sert de prison, et de nombreux patriotes y sont incarcérés et fusillés pendant les guerres d’indépendance. Puis, sous les tyrannies de Machado et de Batista, elle est le cadre de nombreux crimes politiques. C’est pourquoi elle sera occupée, en 1959, par le Che et ses guérilleros. Après avoir été restaurée, elle a été ouverte au public en 1986 en tant que musée historico-militaire.

« la Finca Vigia », à une quinzaine de kilomètres de La Havane, sur une colline de la banlieue. Vous pourrez voir la maison qu’a habitée Hemingway pendant 21 ans, avec sa quatrième femme, ses 57 chats et ses quatre chiens. Lorsqu’au moment de la révolution, les Américains ont dû fuir l’île, Hemingway a abandonné la maison avec tout son contenu, ses meubles, sa machine à écrire et quelques milliers de livres. Aujourd’hui la maison de 18 pièces est un musée que gère la Fondation Hemingway. Le visiteur ne peut y entrer, mais il peut voir par les portes et fenêtres ouvertes l’intérieur tel qu’il était au moment où Hemingway l’habitait. «On cherche encore la vieille Chevrolet de 1957, qu’Hemingway avait laissée sur les lieux»…. Mais dans la cour, on y voit encore son célèbre bateau : El Pilar. La Finca Vigia est fermée le dimanche et n’ouvre qu’à 10 H 00 les autres jours de la semaine.

Les horaires, les tarifs, les jours d’ouverture et de fermeture étant sujet à modifications de la part des autorités cubaines, toutes ces informations sont donc données à titre indicatif.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s