Un cours de salsa à La Havane ? Le must-do de votre séjour à Cuba !

Peut-on se rendre à Cuba et ne pas entamer, parfaitement ou… même maladroitement… un pas de Salsa ? A Cuba, la danse et la musique sont partout et font partie intégrante de la culture cubaine. Imprégnez-vous de l’ambiance chaleureuse et rythmée de La Havane lors d’un cours de danse.

Cours de salsa à La Havane, à partir de 28 €/personne – cliquez ici pour réserver

Retour sur les origines de la musique et des danses cubaines : 

La musique cubaine est née au 16ème siècle, elle résulte du mélange de traditions cubaines, africaines, européennes (Espagne, France, Italie) mais aussi asiatiques et du continent américain. Elle est née de la fusion entre la percussion africaine et la guitare espagnole. Cette fusion sera plus tard enrichie par d’autres instruments arrivés d’Amérique du Sud tels les « claves » (petits bâtons en bois) et les maracas (shakers), faites à partir des arbres typiques cubains appelés « güiras ». Le Son, genre musical né vers la fin du XIXe siècle, constitue la base de quasiment toute la musique cubaine contemporaine et est le précurseur de la Salsa.
Il existe une multitude de genre musicaux et donc de danses à Cuba : Boléro, Chachacha, Changüí, Conga, Contradanza, Danzón, Filin, Guajira, Guaracha, Habanera, Jazz afro-cubain, Mambo, Mozambique, Nueva Trova, Pachanga, Punto guajiro, Rumba, Son, Songo, Timba, Trova et Tumba francesa…

Les principaux genres musicaux et danses d’origines cubaines :

• La Contradanza est un genre musical et une danse, version cubaine de la contredanse. Lors de la révolution haïtienne en  1791, les colons français et leurs esclaves se réfugient à Santiago de Cuba et amènent avec eux la culture du café, mais aussi des musiques et des danses nouvelles dont la contredanse. Vite adoptée dans l’île, la contredanse va se créoliser et se transformer en Contradanza cubaine.

• La Rumba est un genre musical cubain, fait de chants et de percussions, qui s’est développé au 19èmesiècle dans les milieux afro-cubains de la capitale, La Havane et à Matanzas. C’est aussi une danse très symbolique. La rumba, de l’espagnol « rumbo » signifiant « en route », désigne les fêtes nocturnes où l’on se rassemble pour chanter et danser. Pour la petite histoire, au tout début, on utilisait en guise d’instruments les tiroirs des armoires (cajones), les caisses de voiles des navires, les boîtes de cigares, les petites cuillères en bois (cucharas), mais aussi les congas (appelées à Cuba, tumbadoras) tambours d’origine congolaise.

• Le Son cubain est né dans la campagne d’Oriente (Est de Cuba) à la fin du 19ème siècle. Il est joué à ses débuts par un trio de musiciens : un « tres », un « bongo » et une « marimbula ». Au début du 20ème siècle, le tempo s’accélère et nombre de musicien passe à six, puis sept avec pour la première fois l’ajout d’une trompette comme instrument principal. Le Son est aussi une danse qui s’apparente au départ au danzón et qui évolue ensuite pour voir apparaître les premières figures et aboutir à un nouveau style appelé « casino ».

• Le Danzón est un genre musical créé à Matanzas (Cuba) vers 1880 par le musicien Miguel Faílde. C’est une forme de Contradanza, plus spontanée et sur laquelle les musiciens improvisent. D’abord joué par les típicas (orchestres incluant instruments à vent, cuivres, cordes, güira et timbales) ceux-ci seront remplacés dans les années 1920 par les charangas (orchestres incluant piano, violons, violoncelles, güira, clarinette, flûte, contrebasse et timbales).

• Le Mambo est le cousin de la Salsa. Dans les années 1940, Orestes López, joueur de violoncelle cubain compose un morceau nommé Mambo à partir du Nuevo ritmo du danzón. La danse Mambo (dérivée de la Rumba) naît dans les night-clubs de Mexico et de La Havane en 1943, avant de conquérir New York. On disait du Mambo, que c’était un rythme Afro-Cubain avec un mélange de swing américain.

• Le Chachacha En 1954, Enrique Jorrin (violoniste et chef d’orchestre cubain) réorchestre un morceau populaire mexicain en combinant deux rythmes cubains : le Danzón et le Montuno. Le succès est immédiat et de nombreux danseurs pratiquent cette nouvelle danse rapide et en quatre temps.  Le nom « Chachacha » est tiré du bruit des pas des danseurs.

La Salsa cubaine est née vers la fin des années 60 d’une fusion de plusieurs genres musicaux, d’où le nom de « Salsa » qui signifie « sauce » (un mélange de plusieurs ingrédients). Elle est un mélange de jazz cubain, de rumba afro-cubaine. On y trouve aussi des rythmes de mambo, de bomba de Porto Rico et de guaracha de Cuba. Cette musique de danse au tempo vif est aujourd’hui popularisée dans le monde entier.
La Salsa cubaine peut se danser de diverses façons, en couple mais aussi « suelta » (en pas solos chorégraphiés), à trois (un cavalier fait danser deux filles) et en rueda de casino (en cercle où le meneur annonce différentes figures qui font changer les partenaires). La rueda est spécifique à la Salsa cubaine, son succès est dû au fait qu’elle permet de faire danser de deux à trente couples tout en s’amusant, et de varier les passes à l’infini. La Salsa change de couleurs au gré des musiciens qui l’interprètent, la multitude de styles lui permet d’évoluer depuis plus de 50 ans.

• Enfin, le Reggaeton (Cubaton pour la version 100% cubaine) est né dans les années 1990. Il mixe les rythmes « dance » au reggae et au rap des années 1980. Il a actuellement le vent en poupe, notamment auprès de la jeunesse cubaine et peut se danser seul, en couple ou en groupe.

Alors, prêt(e) à venir vibrer au rythme de la musique à Cuba ?

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s